• Subcribe to Our RSS Feed

Sida du chat, quelle prévention ? Quelles précautions pour un chat FIV séropositif ?

nov 14, 2013   //   by admin   //   Chat  //  No Comments

Le virus de l’immunodéficience féline (FIV) est un lentivirus comme le HIV chez l’homme. Aucune transmission du chat à l’homme n’est possible, et vice versa.

L’infection évolue en 3 stades qui, lorsqu’elle évolue défavorablement, se terminent par une dépression immunitaire grave et la mort :

– primo-infection (phase aiguë) durant de quelques jours à quelques semaines avec des symptômes non spécifiques : perte d’appétit, température élevée et parfois signes digestifs, cutanés ou conjonctivite.

– phase sans symptômes d’infection chronique pouvant durer plusieurs années

– phase terminale pendant laquelle l’immunodépression  se traduit par des infections opportunistes ou des néoplasies.

Toutefois, selon certaines études et en suivant certaines précautions, l’espérance de vie ne serait pas diminuée.

 16 % des chats français sont atteints, ce pourcentage (la prévalence) est stable depuis de nombreuses années dans la population féline globale mais la prévalence augmente avec les facteurs de risque : âge, sexe (mâles 2,6 fois plus atteints) et mode de vie (risque proportionnel à l’exposition aux bagarres).

Dans une population de chats malades, la prévalence est de 40%.

Les chats se contaminent naturellement par morsure ou plaie de combat. Or les chats se battent pour défendre leur territoire et surtout pour être les seuls élu(e)s de leur(es) partenaire(s) sexuel(les).

chat mâle non castré

chat mâle non castré

La meilleure prévention réside dans la stérilisation précoce car elle diminue la motivation des chats pour sortir et conquérir leur partenaire et dans le confinement à l’intérieur des habitations si cela est possible.

En France, aucun vaccin n’existe contre cette maladie.

Votre chat est séropositif, que faire ?

L’interprétation du test de dépistage diffère selon la situation de dépistage.
– Si votre chat est jeune, en bonne santé, qu’il ne sort pas, que ses parents sont connus et que le dépistage par test rapide en routine avant une vaccination est positif, il peut s’agir d’un faux positif car dans la population des jeunes chats d’intérieur en bonne santé, la prévalence est faible. Il convient de refaire le même test ou de faire un dépistage par PCR. Si le chaton est né de mère infectée, seule une séropositivité persistante après l’âge de 6 mois est fiable comme indice d’infection.

– Si votre chat est malade et exposé aux facteurs de risque (s’il sort régulièrement et s’il s’est déjà battu), le test rapide de dépistage peut être confirmé par un autre test ultérieur ou par PCR mais la probabilité d’infection est forte dès le test rapide, très souvent fiable.

Attention, les faux négatifs existent aussi :

–       en début d’infection car 4 à 8 semaines sont nécessaires à la séroconversion

–       en phase aigue et en phase terminale

Dans ces cas la PCR est positive (15 jours après le contact).

Votre chat, séropositif et malade, est d’abord soigné pour l’affection en cours. Comme il est désormais plus sensible aux infections secondaires, un contrôle chez votre vétérinaire est systématiquement souhaitable pour s’assurer de la bonne réponse au traitement.

Votre chat vit avec un ou plusieurs congénère(s), quels sont les risques  de contamination?

Si la structure sociable est stable, si l’entente est bonne, le risque de transmission est FAIBLE. La stérilisation de tous est bien sûr souhaitable.  En cas d’infection opportuniste transmissible du chat séropositif, il convient de l’isoler.

 

Quelle surveillance d’un chat séropositif ?

Un chat séropositif peut vivre plusieurs années voir aussi longtemps qu’un autre avec les précautions suivantes :

-       diminuer l’exposition aux infections en évitant les sorties en extérieur si cela est envisageable. C’est aussi le meilleur moyen de prévention pour protéger les chats du quartier de la contamination.

-       surveiller le poids par une pesée tous les 15 jours : tout amaigrissement mensuel supérieur à 300 g doit motiver une consultation

-       soigner précocement chaque infection secondaire.

-       Deux visites vétérinaires annuelles avec une attention particulière aux dents, à la cavité buccale, aux formations lymphoïdes (ganglions), aux reins à la peau et aux yeux. Des épisodes de gingivo-stomatites sont constatés dans plus d’un cas sur 2, mais le chat FIV séropositif peut aussi être atteint de rhinite chronique, d’uvéite, de glomérulonéphrite et plus rarement de tumeurs, de maladies parasitaires cutanées ou d’atteinte neurologique.

-       Un bilan sanguin (hémogramme pour déceler infection et/ou anémie et bilan biochimique de base) et urinaire annuels sont  recommandées.

 

Faut-il vacciner un chat FIV séropositif ?

Les FIV séropositifs sont plus sensibles aux infections mais, selon certaines sources, la vaccination pourrait  accélérer la maladie. Aussi est-il recommandé de ne vacciner annuellement ou tous les 2 ans contre le typhus et le coryza que les chats asymptomatiques, stabilisés et exposés à un fort risque (sorties extérieures exposant aux contacts avec des congénères, séjour en chatterie ou collectivités) avec un vaccin inactivé.

La vaccination contre le Felv (leucose) n’est indiquée que si votre chat Fiv séropositif vit avec un chat Felv séropositif.

 

Quels traitements pour un chat Fiv séropositif ?

–       Traitement des maladies qui découlent de l’infection ou de l’immunodépression induite : le traitement doit être précoce, parfois plus long  et en ayant recours à des doses plus élevées pour obtenir l’effet attendu. Une antibiothérapie de prévention est inutile voire néfaste. L’EPO recombinante humaine peut être intéressante en cas d’anémie.

–       Mise en place d’une thérapie antivirale : la plupart des molécules utilisées en humaine contre le HIV (AZT, lamivudine) semblent relativement inefficace et toxiques chez les chats. Aux USA, un bicyclam permettrait de réduire la charge virale et les signes cliniques sans effets secondaire.

–       En France, l’interferon omega félin (Virbagen omega félin) est disponible  (mais onéreux) pour les chats infectés symptomatiques à un stade non terminal à raison de 3 cycles de 5 jours consécutifs d’injection par voie sous cutanée à J0, J14 et J60. Il permet de réduire les signes cliniques, d’améliorer la qualité de vie sans augmenter la survie.

 L’infection par le FIV chez un chat infecté induit une modification importante des capacités du système immunitaire qui aboutit chez certains à une immunodépression grave pouvant entrainer la mort.

Ces atteintes sont toutefois tardives et la prise en charge rapide de toute infection permet de retarder significativement l’évolution de la maladie.

 Dans un environnement confiné, l’infection par le FIV ne semble pas avoir d’impact sur l’espérance de vie.

Leave a comment